jueves, 12 de noviembre de 2015

Total Khéops

Total Khéops (Folio Policier, 2014)
par Jean-Claude Izzo
La France, 1995

Ils étaient de Marseille, marseillais avant d'être arabes.  Avec la même conviction que nos parents.  Comme nous l'étions Ugo, Manu et moi à quinze ans.  Un jour, Ugo avait demandé: << Chez moi, chez Fabio, on parle napolitain.  Chez toi, on parle espagnol.  En classe, on apprend le français.  Mais on est quoi, dans le fond ? >>
- Des Arabes, avait répondu Manu.
Nous avions éclaté de rire.
(Total Khéops, 257)

Il y a vingt ans, Manu, Ugo et Fabio étaient copains d'enfance dans le quartier des immigrés à Marseille.  Manu et Ugo sont devenus escrocs.  Fabio est devenu flic.  Quand Manu et ensuite Ugo sont tués dans un court laps de temps vingt ans après, le seul survivant des trois, Fabio Montale, mène une enquête criminelle pour savoir qui a tué ses vieux amis et se retrouve soudain dans le milieu d'une guerre des gangs entre le crime organisé, des ripoux marseillais, et des truands locaux.  Une rude tâche, bien sûr!  Un très bon policier raconté avec brio et beaucoup d'energie et marqué par une quantité prodigieuse de l'argot, Total Khéops c'est une introduction géniale à l'oeuvre du marseillais Jean-Claude Izzo (1945-2000).  Stylistiquement, Izzo utilise des phrases courtes à la James Ellroy pour accélér la vélocité de sa prose avec succès.  Il aussi excelle dans l'art de la petite phrase: << Une gueule à la Lee Marvin.  Une gueule de tueur, pas de flic >> (73).  Même si tout le monde sait que le romancier était un créateur d'ambiance par excellence, j'ai été très impresionné par ses descriptions méticuleuses sur la nature de la transformation de Marseille au cours des années: << Le sol était jonché de sacs d'ordures éventrés et il s'élevait des rues une odeur âcre, mélange de pisse, d'humidité et de moisi >>, commence un tel passage.  << Seul grand changement, la rénovation avait gagné le quartier.  Des maisons avaient été démolies.  Les façades des autres étaient repeintes, en ocre et rose, avec des persiennes vertes ou bleues, a l'itallienne >>  (51).  Quant à ses idées, Izzo se donne beaucoup de mal pour faire voir á Marseille dans toute sa complexité.  En d'autres termes, cela explique l'attention de l'écrivain à l'intersection du crime et de la corruption policière et au sujet du racisme, et caetera.  Devant le cadavre d'Ugo, par exemple, Fabio parle de comment << mes collègues avaient joué les cow-boys.  Quand ils tiraient, ils tuaient.  C'était aussi simple.  Des adeptes du général Custer.  Un bon Indien, c'est un Indien mort.  Et à Marseille, des Indiens, il n'y avait que ça, ou presque >> (71).  Autre part, Fabio parle de << la saloperie humaine du monde >> (252) avec le pessimisme d'un flic de longue date et décrit avec force détails comment Marseille est devenue la ville auquelle la fin du monde avance à cause de la haine et de la violence sans contrainte: "Il n'était nul besoin d'armes nucléaires.  Nous nous entre-tuerons avec une savagerie préhistorique >> (282).  Cela dit, dans un roman qui se concentre sur le racisme à la France en général et à Marseille en particulier comme autre exemple de << la connerie humaine >> (98), je suis encore pris pour dépourvu pour rencontrer cette réflexion déchirante sur l'exil dans une scène où un pere avait appris que sa fille avait été violée et tuée: << Mouloud venait de perdre la deuxième femme de sa vie.  L'Algérie n'était plus son pays.  La France venait de le rejeter définitivement.  Maintenant il n'était plus qu'un pauvre Arabe >> (140).  Époustouflant.

Jean-Claude Izzo (1945-2000)

L'édition
Total Khéops paraît dans La trilogie Fabio Montale de Jean-Claude Izzo (Paris: Folio Policier, 2014, 43-304).

7 comentarios:

  1. Oh, I really want to read this book! It's been on my radar for quite a while, but your review has reminded me that I ought to get hold of it. I'm sure I'd enjoy Izzo's style - this trilogy sounds gritty, moody and full of atmosphere.

    ResponderEliminar
    Respuestas
    1. I wasn't sure that the hype on Izzo could be trusted, Jacqui--especially with that cheesy cover! However, this first book in his Marseille trilogy was all that you say it sounds like plus just ridiculously high energy. Very much looking forward to the next two volumes!

      Eliminar
  2. So good to see a review of yours again, and of a book I would of course never read! :--) On the other hand, I *must* find a potpourri of "mélange de pisse, d'humidité et de moisi" - sounds perfect for the holidays! (A whole new meaning for "Époustouflant"...)

    ResponderEliminar
    Respuestas
    1. Jill, nice to hear from you after so long! I thought you liked a good, gritty, atmospheric, non-paranormal crime novel every once in a while, though. Whatever, good luck finding your Izzo-esque holiday potpourri. Cheers!

      Eliminar
  3. I let myself be put off of Izzo by the TV films with Delon, your write up promises a much better experience, I'll look it up

    Pat

    ResponderEliminar
    Respuestas
    1. Pat, my condolences for what happened in your neck of the woods yesterday. Simply horrible news.

      By the way, I watched the first episode of that TV adaptation you mention and thought it a very pale and tame imitation of Izzo's novel (not to mention that Delon, whom I've always liked, is about 30 years too old for the Fabio Montale character). Can understand why you would have been put off by it. The book is so much more electric and provocative, though.

      Eliminar